Parc naturel régional de Livradois-Forez

Visiter le parc naturel régional de Livradois-Forez

Par

Amoureux de la nature, vous rêvez d’une randonnée à la fois amusante et éducative ? Que diriez-vous alors de visiter le parc naturel régional de Livradois-Forez ? Implanté sur une superficie de plus de 320 000 hectares, ce parc situé à l’est de Clermont-Ferrand possède des spécificités qui font tout son charme.

Afin de profiter à fond du bonheur que procurent ses routes tranquilles et ses sentiers de randonnées, j’ai choisi de m’y rendre tout récemment. Et pari gagné ; je ne m’en reviens toujours pas ! Les clichés de ces paysages silencieux alliant forêts de conifères, hauts chaumes et prairies vertes défilent encore dans ma tête à longueur de journée. Dans cet article, je vous emmène donc à la découverte du parc naturel régional de Livradois-Forez, un périple inoubliable à travers plusieurs communes de la France.

Le parc naturel de Livradois-Forez : un condensé de patrimoine naturel et historique

À cheval sur 3 départements, dont le Puy-de-Dôme, la Loire et la Haute-Loire (région d’Auvergne), le Livradois-Forez est l’un des parcs les plus attractifs de la France. Thiers, sa principale ville d’attraction, est peuplée d’environ 12 000 habitants. Du nord au sud, le parc s’étend sur 110 km et abrite plus de 110 000 habitants.

Offrant une grande diversité de milieux naturels avec de nombreuses richesses faunistiques et floristiques, il constitue un véritable refuge pour les amoureux de la nature. De Lyon, j’ai fait 2 heures de route pour pénétrer au cœur de cette merveille situé non loin de Vichy. D’entrée, j’ai été ébloui par sa géographie caractérisée par des tourbières, des landes montagnardes, des monts, des forêts, des buttes, des prairies et des forêts. 

Et depuis le mont Forez, le plus haut sommet du parc, j’ai pu m’ouvrir sur l’infini des paysages avec des torrents cascadeurs. Territoire fortement marqué par une culture médiévale, l’histoire raconte que le parc, densément peuplé au 19e siècle, a été touché par l’exode rural du 20e siècle. La moitié de ses vastes terres est aujourd’hui boisée formant une cohabitation des plantations récentes et des jardinées traditionnelles.

Les activités industrielles développées autour de l’eau (le papier, le textile, la petite métallurgie) ont fortement marqué le Livradois-Forez et constituent une part entière de ses richesses (économiques et culturelles).

Dans cet immense verger, les paysans et les artisans (couteliers ou bûcherons, papetiers ou pasteurs) ont hérité et conservent une culture de savoir et savoir-faire impressionnants. Fiers, ils en ont fait, avec conviction, une rare terre des hommes où tout luit, où tout brille !

À ma convenance, et selon mon rythme, je l’ai parcouru. Je me suis plongé au cœur de ce parc, j’ai palpé sa nature fragile, j’ai écouté son calme puis j’ai relevé ce sentiment de connivence entre une région et ses habitants, ce don du bien qu’est l’amitié. À cœur joie, je vous y conduis.

Se rendre au parc régional de Livradoi-Forez : par quel moyen ?

Plusieurs moyens vous permettront d’accéder à l’intimité de ce joyau naturel.

En voiture

 Vous pouvez emprunter l’une ou l’autre des autoroutes ci-après :

  • départ de Lyon (mon cas) : A89 et D906 ;
  • départ de Saint-Étienne : A72, A89, puis D906 ;
  • départ de Vichy : entre D906 et A71 ;
  • départ de Clermont-Ferrand : A89 puis D906.

En avion

Plusieurs compagnies aériennes (Air France, Air Corsica, Ryanair…) desservent le Livradois-Forez. Des vols réguliers directs avec des correspondances partout en France et en Europe vous permettront d’atterrir au sein du parc.

En train

Si vous souhaitez vous rendre au parc de Livradois-Forez en prenant un train, voici les différentes lignes à suivre :

  • Saint-Étienne — Loire : Châteaucreux-2, rue esplanade de France à de 42 000 Saint-Étienne ;
  • Vichy — Allier : Place de la Gare à 03200 Vichy ;
  • Clermont-Ferrand — Puy-de-Dôme : 46 Avenue de l’Union soviétique à 63 000 Clermont-Ferrand ;
  • Le Puy-en-Velay — Haute-Loire : Place Maréchal Leclerc à 43 000 Le Puy-en-Velay.

Une fois au cœur du parc, de nombreux circuits vous permettront d’aller à la découverte de ses innombrables attractions. J’ai particulièrement apprécié la Route des Métiers qui m’a ouvert les portes des fermes, des ateliers d’artisans, des châteaux et des musées. Lors des randonnées nature et patrimoines, vous serez accompagné par des guides passionnés et très professionnels.

À pied, à VTT, en véhicule ou en train, entreprenons ce périple à la rencontre du patrimoine et des communautés humaines.

Les activités obligatoires à faire au parc naturel régional de Livradois-Forez

Lors de mon séjour dans ce parc naturel régional de Livradois-Forez, quelques activités plus ou moins passionnantes m’ont agréablement marqué. Je tiens coûte que coûte à les partager avec vous dans l’espoir qu’elles vous plairont aussi. Entre découvertes et visites, je vous livre ma longue sélection !

La découverte des monts du Forez

C’est au pied de cette chaîne montagneuse du massif central séparant la vallée de la Dore et la plaine du Forez qu’a débuté mon parcours. Les monts du Forez culminent à 1 634 mètres et sont limités au nord par la ville de Saint-Étienne et au sud par Thiers.

Les nombreux cours d’eau qui les traversent vous murmurent des chants doucereux à mesure que vous vous approchez. La rivière Ance, l’une des plus célèbres, prend sa source dans les contreforts de Pierre-sur-Haute et sépare le massif en deux. Le Faye et le Couzon, des affluents de Dore, traversent également la chaîne.

Ici, le climat est très varié et en touriste averti, j’avais pris mes précautions dès le départ. Des gants chauffants, une montre, un altimètre et un bâton de randonneur ont été d’une grande utilité. Si vous êtes à VTT, n’oubliez pas votre casque de vélo avec visières. Sur les crêtes de ce massif, un climat montagnard caractérisé par la neige et les vents tenteront de vous importuner. 

Prenez toutes les précautions pour ne rien rater dans ce milieu naturel constitué de plusieurs biotopes. La flore en basse altitude est dominée par des pinèdes, des sapins et des hêtres relativement denses. Un peu plus haut surplombent des landes parsemées de tourbières, de plateaux herbacés (pâturés), de fétuques, de canches flexueuses et d’arbrisseaux. Côté faune, vous aurez l’occasion de contempler le vol spectaculaire du pic noir — le plus grand de l’Europe (45 cm de longueur) —, le grand corbeau ainsi que la bécasse des bois.

Une escale dans l’accueillante ville d’Ambert

Pour rejoindre les monts du Livradois, en partance des monts Forez, j’ai marqué une pause magique dans la ville d’Ambert avec son charmant patrimoine médiéval. Ici, j’ai découvert la fameuse fourme d’Ambert que j’ai passionnément savourée ainsi que l’ambiance festive qui y règne.

La fourme est un fromage traditionnel fabriqué depuis des siècles dans le Livradois-Forez. La maison de la Fourme est située en centre-ville d’Ambert dans une habitation datant du XIVe siècle. Vous y découvrirez le processus de fabrication ainsi qu’une foule d’ustensiles et de matériels laitiers. La cave d’affinage montre les 5 fromages AOP d’Auvergne.

De plus, vous pouvez prendre plaisir à déguster d’autres spécialités locales et toucher d’autres produits du terroir. Au cours des ateliers et des animations, si vous avez du temps à sacrifier, vous apprendrez la fabrication de fromage, de la fourme, du beurre et du hamburger.

Visiter le vitrail d’Auzelles sur la Route des Métiers

Cet atelier situé dans le village d’Auzelles vous invite à en apprendre davantage sur le vitrail. Ce matériel fascinant servant d’apparat pour les beaux édifices est en fait tout un art.

Dans les années 1870, Louis Comfort Tiffany s’est intéressé au travail du verre et a élaboré une nouvelle méthode de sertissage plus simple que la méthode de montage au plomb. « C’est cette technique qui est utilisée dans cet atelier », m’ont confié les guides. Les artisans, altruistes et bienveillants, m’ont laissé découvrir toutes les étapes de création du verre, du dessin au sertissage à l’étain en passant par le moulage.

Par ailleurs, le salon de thé m’a agréablement accueilli au moment où j’ai désiré marquer une petite pause. Randonneurs, cavaliers, visiteurs et cyclistes s’y rassemblent autour de la saveur locale, tous faisant face à l’église Saint-Blaise.

Visiter le musée de la coutellerie

Ici, s’expose une collection de couteaux qui relatent l’histoire du patrimoine coutelier sur six longs siècles. Vous y verrez des couteaux datant du 16e siècle à nos jours.

Le musée est situé dans la ville vitrine du parc, Thiers. Là, la collection présente les œuvres de couteaux issus d’ateliers français ou étrangers. Une invitation qui permet de retracer l’évolution de cet objet, le charme des arts de table, les techniques de fabrication et la modernisation des lignes.

Dans l’atelier, vous assisterez, ébloui, aux différentes étapes de fabrication d’un couteau. Les couteliers ambassadeurs de ce savoir-faire produiront sous vos yeux des couteaux de haute qualité et d’art qui sont vendus à la boutique du musée.

Visiter la Jasserie-musée du Coq Noir

Dans le parc régional de Livradois-Forez, je poursuis mon périple en solo sur la Route des Métiers. Je vous conduis maintenant à l’espace muséographique du Coq Noir situé sous le chaume de la jasserie. Ici, plusieurs de mes interrogations ont pu trouver réponse. Qu’est-ce que la jasserie ? Comment fonctionne-t-elle ? Qui montait en estive et comment vivait-on ? 

Toute cette foule de questions qui me taraudait l’esprit a été dissipée à travers ma visite avec un audioguide. Le musée propose de nombreuses activités qui m’ont permis de découvrir le patrimoine et la nature du Livradois-Forez : balades, natures, balades contées, balades, cueillettes, jeu de piste, etc.

Ici encore, j’ai découvert et dégusté une spécialité locale, le fameux patia, au coin du feu.

Grimper le Col du Béal à 1 390 m d’altitude

Ces hauts chaumes situés entre Saint-Étienne et Ambert constituent un paradis pour les amoureux de la nature, les randonneurs et les vététistes. Un plateau dénudé, saisissant, qui fait rêver. Il domine entièrement la France méridionale et c’est l’endroit idéal des crêtes du Forez pour contempler la constellation des montagnes, le coucher du soleil dans les Alpes, les monts de Sancy, du Cantal et du Puy-de-Dôme. 

Bon à savoir : des pistes skiables de fond et des balades en raquettes vous y attendent.

Visiter les forts

Au cœur de ce verger, certains villages aménagés vers la fin du Moyen Âge et servant de refuge m’ont également émerveillé. J’y ai découvert notamment des tours gigantesques, des portes fortifiées et des murailles robustes. D’après l’histoire, celles-ci servaient à abriter famille, récoltes et bétail en cas de danger.

Avec un guide spécialisé, vous allez vous promener au cœur des villages fortifiés d’Espirat et de Chas, des patrimoines séculaires qui ont su résister au temps.

Prendre part au run patrimoine 

Le parc de Livradois-Forez présente également un exceptionnel défi sportif. Vous en doutez ? Oubliez le chrono et partons au run à travers l’espace naturel du Puy-de-Mur.

Pas le temps d’avoir les yeux rivés sur la montre ou de s’inquiéter au sujet de la performance. Les sites archéologiques, la faune, la flore, la magnifique chapelle Sainte-Marcelle et le paysage discontinu dans son ensemble captent toute l’attention.

Sous les auspices d’un guide conférencier, d’un accompagnateur de montagne et d’un élément du Team Esprit Volcans, l’encadrement et la sécurité sont garantis. Il ne reste plus qu’à dérouler et profiter de leur connaissance ainsi que de la beauté de l’instant.

Bon à savoir : puisqu’il faut souvent attendre le coucher du soleil pour revenir au parking du stade de Chauriat (lieu de départ), je vous suggère de vous équiper d’une montre frontale, d’une botte résistante et de gants.

Mener des enquêtes sur les traces des clunisiens

Activité plutôt insolite ! Durant mon séjour, j’ai également pris part à une enquête dans les venelles de ce château villageois. Une magnifique rencontre avec les moines clunisiens dans leur église Saint-Julien qui conserve de magnifiques trésors. J’ai croisé aussi François Rudel dans son palais au décor unique et chatoyant.

Les nombreux évènements qui se déroulent sous vos yeux contiennent de nombreux indices. Ceux-ci vous seront utiles pour résoudre toutes les énigmes. Restez attentif, très attentif pour ne pas rater vos tours comme moi.

Visiter la rivière de l’Allier

Tout au long de cette balade guidée, la thématique de l’eau est abordée dans tous ses détails. Les guides rappellent les utilisations modernes de la rivière et m’ont permis de découvrir un patrimoine vernaculaire avec ses deux fontaines.

J’ai longé les berges sur lesquelles sont installés des biotopes dépendant entièrement de la rivière de l’Allier, un écosystème qui évoque les enjeux de protection de cet environnement fragile.

Suivre l’empreinte de l’homme sur un glacier

Une balade dans les intimités de la vallée jusqu’aux hauts Chaumes afin de retracer la mémoire de ce site exceptionnel à l’échelle des temps géologiques. En pleine journée, j’ai découvert au cours de cette randonnée, à travers les différents étages de végétation, une vallée glaciaire conservée au cœur d’un massif granitique. J’ai parcouru un lieu naturel qui relate le passé et le présent de l’homme dans cette vallée.

Visiter le Jardin pour la terre

Dans ce jardin de 6,5 ha, les espaces végétaux sont organisés en forme de continent, tandis que la pelouse représente les océans et les mers. Magnifique représentation de la planète Terre, l’espace allie botanique et éducation environnementale et renferme plus de 200 espèces animales et 2 000 variétés de végétaux.

À 25 m d’altitude depuis le belvédère, j’ai pu m’ouvrir exclusivement sur le monde à travers cet écrin végétal. Des programmations d’activités culturelles, d’expositions artistiques, de spectacles vivants et de représentations théâtrales ont agrémenté ma visite dans ce jardin. À celles-ci, s’ajoutent des visites guidées sur la protection de la nature et des activités de la valorisation de la biodiversité (cueillettes, séances d’observation de la faune et de la flore, etc.).

Autres activités que j’aurais aimé faire…

D’autres visites et découvertes plutôt intéressantes m’ont été proposées durant mon séjour dans le parc naturel régional de Livradois-Forez. Mais je n’ai pas pu les honorer, faute de temps. J’ai recueilli les informations utiles à propos, au cas où elles vous intéresseraient.

La visite du musée historique du papier

Non loin d’Ambert, le moulin à papier Richard de Bas conserve la mémoire de la tradition papetière du territoire. Il a été mis en place depuis le 16e siècle et reste l’un des tout derniers en Auvergne. Aujourd’hui, le moulin produit toujours des papiers, fidèlement aux techniques ancestrales. Quelque 200 feuilles en sortent chaque jour, dans un rythme saisonnier, fabriquées intégralement à la main.

En visitant cet atelier, vous découvrirez les imbrications de la fabrication de la pâte à papier et la chaîne de savoir-faire qui se transmet depuis l’an 1326. Si vous le souhaitez, vous pourrez mettre la main à la pâte, la chance pour vous de fabriquer votre feuille aussi.

Fabriquer un coutelas dans l’atelier Robert David

La coutellerie Robert David de Thiers a été créée en 1919 et développe depuis des générations, un savoir-faire impressionnant. Les couteliers les mettront à votre disposition en vous ouvrant les portes de leur atelier. Un film et une scénographie vous permettront de suivre les différentes étapes de fabrication artisanale des couteaux. C’est aussi l’occasion pour vous, grâce à l’accompagnement des maîtres couteliers, de fabriquer votre propre couteau.

Il y a aussi le musée de la Dentelle, le Mus’Énergie, musée mettant en valeur les différentes énergies utilisées par l’homme). Enfin, je vous propose une petite balade nature au cœur du foyer volcanique de Montpeloux.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Vous pourriez aussi aimer